Adhérant à la charte de la Fédération des spiruliniers de France, je produis en "Coeur de Savoie" une spiruline paysanne, attaché à des valeurs environnementales.


Respecter l'environnement qui m'accueille:


La culture de spiruline utilise très peu d'eau et n'utilise que l'énergie du soleil pour chauffer les bassins.
Elle se développe entre 20 et 35°C du printemps à l'automne.

Aucun traitement phytosanitaire, aucun OGM n'est utilisé.


Respecter mon produit en ne lui faisant subir aucun traitement ni procédé qui pourrait réduire sa qualité d'origine.

La mise en forme de brindilles permet un séchage rapide à basse température (en dessous de 40°C) et de mieux conserver les nutriments.
C'est aussi ce qui lui apporte son goût léger. La spiruline n'est pas séchée avec son milieu de culture mais filtrée du bassin et pressée pour extraire les sels.


Respecter mes clients en étant le plus transparent possible.

Vos attentes de qualité et traçabilité.

Je tiens à votre disposition toutes les analyses de qualité microbiologique réalisées par le laboratoire AQMC à St Aunes (34).
Celui-ci reçoit mes échantillons de récolte et chaque lot est analysé.

La spiruline, de quoi se nourrit-elle?

La spiruline se nourrit principalement de carbone (CO² atmosphérique et apporté par du bicarbonate de sodium alimentaire), mais aussi d'azote (essentiel pour fabriquer des protéines) ajouté sous forme de carbamide qui est extrait et purifié mécaniquement pour un usage agricole. Les autres composants minéraux (le magnésium, potassium, phosphore...) sont dénués de tout excipient, additif ou métaux lourds. J'utilise des composants agréés pour l'agriculture biologique quand ils sont adaptés à l'usage aquacole.

La spiruline BIO en France, c'est pour bientôt?


Voici un état des lieux résumé par la fédération:

Vous avez remarqué que la spiruline de votre producteur local n’a pas de logo « bio »…
Et pourtant vous trouvez des spirulines estampillées « bio » dans de nombreux magasins ?

Mais qu’est-ce que le « bio » ?

- C’est produire des aliments sans utiliser de produits de synthèse (engrais ou pesticides), ni pour les faire croître, ni pour les soigner. Tout vient directement de la nature.
- C’est aussi répondre à un cahier des charges, utiliser les règles de l’agriculture biologique, et le faire vérifier par une société dénommée « organisme certificateur ».

Y a-t-il « bio » et « bio » ?
- Il existe plusieurs types de cahiers des charges. Certains sont officiels car reconnus par l’Europe, en attestent les logos « AB » ou « feuille européenne » ; leur contenu est public et validé par les institutions. De très nombreux autres sont privés, leur contenu est parfois connu, parfois tenu secret.
- Ne confondez pas la certification Bio et la société qui certifie : « AB » signifie que le produit est bio, « Naturland » ou « Ecocert » sont des organismes certificateurs, pour ne citer qu’eux (il en existe 8 en France, et de très nombreux à l’étranger).

DANS TOUS LES CAS : un logo ou une mention « bio » n’est pas un critère de qualité, mais atteste de la manière dont l’aliment a été produit. Il existe de très bons produits « bio », comme de moins bons ; il existe de très bons produits « non bio », comme de moins bons !

Pour cultiver de la spiruline vraiment « bio »… Il faut la « nourrir » avec les minéraux qui lui sont indispensables, et qui proviennent de la nature : soit extraction minière, soit par séparation depuis des composts, des déchets végétaux ou des jus issus de la méthanisation des matières organiques. Car la spiruline ne sait se nourrir qu’avec des minéraux dissous dans l’eau où elle vit.

Important : la culture de spiruline ne nécessite par nature l’emploi d’aucun pesticide.

En 2014, et après des années d’essais, la création en France d’unités capables de produire des minéraux compatibles avec la culture biologique a permis de mettre le bio à portée de tous les spiruliniers.

Vers un cahier des charges « spiruline biologique » reconnu par l’Europe :

La Fédération des Spiruliniers de France a déposé un cahier des charges « spiruline biologique » en Mai 2015. La validation est pour l’instant retardée car la spiruline a été classée en « algue marine » par l’Europe. Or la spiruline n’est ni une algue (c’est une cyanobactérie), ni marine (elle vit en eau douce riche en sels minéraux). Ce classement permet l’importation de spirulines produites hors Europe, avec un label bio AB ou/et feuille Européenne grâce aux « équivalences », ALORS QUE NOUS, PRODUCTEURS FRANÇAIS et Européens, N’AVONS PAS ENCORE ACCES A LA CERTIFICATION …

Les Industriels Français sont prêts à se lancer dans le « bio à n’importe quel prix »
Nous, producteurs, persévérons et travaillons à la reconnaissance de notre cahier des charges mis au point durant de nombreuses années, et correspondant véritablement à ce que doit être, techniquement et éthiquement, une spiruline biologique.

FEDERATION DES SPIRULINIERS DE France : 1ère organisation au monde à avoir déposé un projet de Cahier des Charges Biologique pour la SPIRULINE ce qui atteste d’une démarche volontaire forte des producteurs Français très impliqués dans ce long chemin essentiellement réglementaire.

Aujourd’hui pour la France et ses Producteurs Paysans LA SPIRULINE « BIO » est en attente de réponses Européennes - les magasins bio connaissent notre démarche et nous font confiance – Vous aussi continuez à soutenir une production locale que vous pouvez rencontrer tous les jours à la ferme. www.spiruliniersdefrance.fr


Partager mes connaissances car la spiruline est un bien universel non brevetable.

Je reçois les samedis matin pour partager mon expérience, vous faire connaître cette culture étonnante. Les groupes sont aussi les bienvenus sur rendez-vous ainsi que les étudiants et stagiaires.